Numérisation_de_manuscrits-Bibliothèques_de_la_Communauté_du_Pays_de_Vendôme

 

     Technologies nouvelles pour manuscrits anciens

 
 
Numérisation de manuscrit à la bibliothèque de Vendôme


Gilles Kagan, ingénieur de recherche, responsable du service Images de l’Institut de Recherche et d’Histoire des Textes (IRHT), aidé par Alexane Trubert, numérise à l’aide d’un appareil que l’on appelle un « copy book » une partie des manuscrits de la bibliothèque. Les principaux objectifs de la numérisation sont connus : il s’agit de préserver les collections existantes en fournissant un support de substitution de qualité aux documents originaux, de les valoriser en profitant des multiples possibilités offertes pour cela par l’informatique, enfin, de favoriser la recherche par ces moyens nouveaux.

 
Numérisation de manuscrit à la bibliothèque de Vendôme

 

La numérisation s’est passée de la façon suivante : on pose le manuscrit ouvert sur deux plateaux qui s’adaptent à la reliure du manuscrit. On fait ensuite remonter ces deux plateaux afin d’appuyer le manuscrit contre une plaque de verre. Une fois le manuscrit bien calé, un appareil photographique, installé en surplomb, prend une vue du folio, c’est-à-dire de la page du manuscrit. Enfin, la photo est transmise directement à un ordinateur relié à l’appareil de numérisation.

 

Numérisation de manuscrit à la bibliothèque de Vendôme

 

Cette numérisation a eu lieu dans le cadre du projet de recherche « La santé en Région Centre au Moyen Âge et à la Renaissance » (SaRC : janvier 2014 – janvier 2017), sous la direction du Centre d’Études Supérieures de la Renaissance (CESR) de Tours, lequel se donne pour objectif de reconstituer l’histoire du marché des pratiques de santé et des savoirs médicaux en Région Centre du Moyen Âge à la Renaissance, et ce par des recherches sur les fonds des archives municipales et départementales, des bibliothèques et des musées, afin de mettre en valeur le patrimoine matériel des textes et des objets, le patrimoine immatériel des gestes de santé, la culture médicale, ainsi que le vécu des patients et de leur entourage.

Les résultats de ces recherches feront l’objet de plusieurs actions de valorisation, telles que les « ateliers de santé », les « parcours de la santé », les « vidéos de la santé » et une exposition finale, qui se tiendra à Tours.